Guérande : Le rôle bénéfique des paludiers pour le climat

© Ouest France – Article paru le 25.11.2021

Reconnue sur la scène internationale pour son engagement solidaire et la promotion de la saliculture solaire, Univers-Sel va fêter ses 30 ans d’existence.

La saliculture solaire sur bâche en Guinée-Bissau

Primée en 2019 à Madrid (Espagne) pour son action en faveur de la réduction des inégalités de genre et l’élaboration de solutions techniques contre le dérèglement climatique, l’association guérandaise Univers-Sel était l’invitée de la COP 26 à Glasgow, début novembre, pour présenter ses actions lors d’une table ronde. Notamment, « les solutions concrètes mises en place pour compenser les inégalités homme-femme et promouvoir une gestion durable des ressources », dit Pauline Lançon, chargée de projet à Univers-Sel.

Une action vertueuse en Afrique

Cela fait 30 ans que l’association vient en soutien aux producteurs de sel et de riz sur le continent africain, en zone de mangrove, au Bénin, en Mauritanie, en Guinée-Conakry et Guinée-Bissau et au Sénégal. Les femmes y pratiquent la saliculture de manière traditionnelle en chauffant au bois un mélange de terre salée et d’eau. Cette production dite « ignigène » est coûteuse en ressources et nuisible pour la santé à cause des fumées dégagées. « Au lieu d’utiliser le bois de chauffe, nous leur proposons de disposer les saumures sur des bâches de 10m2, l’évaporation se faisant naturellement sous l’effet du soleil et du vent« , explique le président d’Univers-Sel Gabriel Couroussé. Une méthode qui « libère du temps pour les femmes, diminue la pénibilité du travail et améliore les conditions sanitaires« . De plus, les enfants peuvent « retourner à l’école plutôt que travailler avec les mères. On agit donc sur plusieurs leviers« . Ces actions sont menées au travers d’ateliers de sensibilisation sur une longue durée, permettant « une appropriation des techniques, dit le président. Le fait de faciliter la production du sel est bien perçu. On s’appuie sur leurs savoir-faire pour qu’elles puissent l’adapter aux nouvelles techniques localement et de manière autonome« . Au départ, Univers-Sel tentait de « reproduire ce que l’on fait ici. Mais nous nous sommes rendus compte qu’il fallait trouver des alternatives, les conditions de production étant différentes (type d’argile, mangrove)« . L’utilisation des bâches est aisée et d’un coût réduit, ce qui était un élément essentiel pour convaincre.

Univers-Sel engagée auprès des femmes

En 2019, Univers-Sel a reçu le prix Solutions Genre et Climat, décerné par la Women and Gender Constituency, réseau international d’organisations féministes et environnementales. Ce prix récompense des initiatives menées par des femmes, afin de compenser les inégalités existantes et de lutter contre le changement climatique. « Le projet DEDURAM (développement durable de l’agriculture de mangrove) en Guinée-Bissau, a été sélectionné pour sa capacité à offrir des bénéfices économiques pour les femmes productrices de sel et favoriser leur autonomie en réduisant la charge de travail, promouvant une gestion durable des ressources et en contribuant à l’atténuation du changement climatique« , dit Pauline Lançon. Pour plus d’informations sur la participation d’Univers-Sel et en particulier l’intervention de Pauline Lançon à la table ronde « Comment l’égalité de genre améliore la science, les technologies et les innovations pour l’action climatique » dans le cadre de la COP 26 à Glasgow, voir sur Youtube.

Une relation basée sur la confiance

La présence de l’association et sa collaboration avec les producteurs locaux sont facilitées « par une problématique identique sur le terrain. Nous leur apportons la preuve que la production artisanale de sel est viable contre les producteurs industriels« , dit Gabriel Couroussé. En Afrique, il y a un marché important pour le sel et la concurrence est rude pour les producteurs locaux très dispersés, non organisés sur la plan logistique, pour lutter cintre les grands groupes au Sénégal l’engagement d’Univers-Sel vise pour 50% du projet à leur apprendre à gérer la coopérative et à se structurer de manière démocratiques. On formalise l’organisation dans une relation basée sur la confiance, car ils savent que nous avons la même problématique. L’introduction de la saliculture solaire a permis de conter la surexploitation du bois « sachant qu’il faut trois tonnes de bois pour produire une tonne de sel ignigène« . 1500 bâches ont été distribuées en Guinée-Bissau, 2000 productrices ont été formées depuis 2017, ainsi que 500 riziculteurs pour la gestion d’eau. Univers-Sel est soutenue, entre autres structures, par l’AFD, le CFSI, la Fondation RAJA et le WECF.

Une remarquable progression depuis 1991

Univers-Sel, créée en 1991, trouve ses origines dans un voyage effectué par des paludiers guérandais au Bénin, avec le désir de « partager les savoir-faire et enrichir les pratiques en matière de récolte du sel« . L’association oeuvre pour la sauvegarde et le développement de l’agriculture paysanne dans les pays du Sud, sur le continent africain localisant son action sur la production de sel mais aussi de riz au travers de la gestion de l’eau. Univers-Sel a travaillé 10 ans au Bénin, 20 ans en Guinée-Conakry, trois ans en Mauritanie. Depuis 2018, l’ONG guérandaise a doublé en taille, avec une cinquantaine d’adhérents paludiers et de très nombreux sympathisants. 17 salariés de l’association sont répartis en France, en Guinée-Bissau et au Sénégal. Située dans les locaux de Terre de Sel à Guérande, l’association est gérée sur place par son président actuel Gabriel Couroussé, son directeur et son responsable financier, ainsi que par Pauline Lançon, chargée de projets et en charge de la communication. L’association gère un budget annuel de près de 800 000€, « nous sommes toujours en recherche d’aide au financement, dit Gabriel Couroussé, pour continuer de réaliser les projets« .

Gabriel Couroussé et Pauline Lançon, chevilles ouvrières d’Univers-Sel

Pour voir la version en ligne sur le site Ouest France, cliquez ici.

Nous sommes dans Le Figaro !

Le Figaro magazine consacre 10 pages à UNIVERS-SEL !

Un reportage haut en couleur sur nos actions en Guinée-Bissau, pour le maintien des écosystèmes de mangrove et en soutien aux populations locales.
… & Une grande fierté pour tous les producteurs et productrices avec lesquels nous travaillons, et pour tous les paludiers et nos équipes qui s’engagent et portent l’association depuis bientôt 30 ans !

Suivi des ouvrages hydrauliques – Rizières de Guinée Bissau

Paludier et solidaire !

Gérard PERINETTO, paludier et membre de l’association, est de retour à Guérande après 3 semaines de mission en Guinée Bissau.

Sa mission était axée sur le suivi des ouvrages hydrauliques et leur gestion collective menée par les producteurs de riz, soutenus par le projet DEDURAM, en saison des pluies et lors une grande marée. Il s’agissait ensuite de définir de manière participative les travaux prioritaires à effectuer pour cette année.

Gérard et les producteurs bissau-guinéens ont pu échanger sur les pratiques des paludiers à Guérande.

[MISSION] Février 2018 – Volet saliculture

Simon et Guillaume, paludiers et membres de l’association, sont partis en mission du 25 janvier au 15 février afin d’appuyer les équipes sur place sur les deux volets du projet DEDURAM (Développement Durable de l’Agriculture de Mangrove) en Guinée-Bissau : la riziculture et la saliculture solaire. Retour sur l’avancée du projet concernant la production de sel sur bâches.  Lire la suite de « [MISSION] Février 2018 – Volet saliculture »

[MISSION] Février 2018 – Volet riziculture

Simon et Guillaume, paludiers et membres de l’association, sont partis en mission du 25 janvier au 15 février afin d’appuyer les équipes sur place sur les deux volets du projet DEDURAM (Développement Durable de l’Agriculture de Mangrove) en Guinée-Bissau : la riziculture et la saliculture solaire. Quelques explications techniques sur la gestion de l’eau dans les rizières, et retour sur l’avancée des chantiers sur les parcelles. Lire la suite de « [MISSION] Février 2018 – Volet riziculture »

[MISSION] Mission de Gabriel et Yann – 18 novembre au 7 décembre

Gabriel Couroussé et Yann Henry sont partis en mission, du 18 novembre au 7 décembre 2017 pour le volet riziculture du projet DEDURAM en Guinée-Bissau.
Lire la suite de « [MISSION] Mission de Gabriel et Yann – 18 novembre au 7 décembre »