Appui aux producteurs de sel

Former à la production solaire de sel

Traditionnellement dans les mangroves d’Afrique de l’Ouest, la production de sel  est ignigène ; c’est-à-dire que l’on obtient du sel après avoir filtré et chauffé au bois, un mélange de terre salée et d’eau .

UNIVERS-SEL, fondée et gérée par des paludiers de Guérande, intervient à la demande de producteurs étrangers qui souhaitent introduire et développer la technique de saliculture solaire, qui a fait ses preuves depuis plus de 1000 ans en presquîle guérandaise.

Une production écologique

La production ignigène est dévastatrice pour l’environnement : il faut couper puis brûler 3 tonnes de bois de mangrove pour produire seulement 1 tonne de sel.

La technique solaire est simple : au lieu d’utiliser le bois de chauffe pour cristalliser le sel, les saumures sont disposées sur des bâches de 10 m² où l’évaporation se fait de manière naturelle, sous l’effet du soleil et du vent.

4000 tonnes de sel solaire produites, permettent d’économiser chaque année, + de 12000 tonnes de bois de cuisson et favorisent la régénérescence de la mangrove guinéenne.

Une production rentable

Le coût d’une bâche est faible et permet de produire jusqu’à 1 tonne de sel par bâche et par saison. La technique de la saline solaire permet d’améliorer significativement les revenus des producteurs.

Aujourd’hui en Guinée, la production de sel solaire représente près de 30% de la production nationale

.

Une production facile, et saine pour la santé

En Afrique, ce sont surtout les femmes qui s’occupent de produire le sel.

La production ignigène est non seulement physiquement éprouvante mais également nuisible pour la santé à cause des fortes fumées qu’elle dégage.

La technique solaire est salutaire pour les productrices : elles y passent moins de temps et est surtout moins pénible physiquement : la pose de bâche permet de récupérer le sel par évaporation d’eau par le soleil et le vent.