[MISSION] Février 2018 – Volet saliculture

Simon et Guillaume, paludiers et membres de l’association, sont partis en mission du 25 janvier au 15 février afin d’appuyer les équipes sur place sur les deux volets du projet DEDURAM (Développement Durable de l’Agriculture de Mangrove) en Guinée-Bissau : la riziculture et la saliculture solaire. Retour sur l’avancée du projet concernant la production de sel sur bâches. 

L’appui au volet « sel » de la mission s’est déroulée en trois parties pour Guillaume, paludier en appui au volet saliculture sur cette mission.

Dans un premier temps une remise à niveau a été effectuée auprès des productrices relais de la région d’Olossato, avec un impact sur sept villages. Les productrices « maîtrisent la technique et sont toujours aussi dynamiques et impliquées ». C’est toujours un plaisir pour les membres de l’association de les retrouver et de constater l’évolution, le nombre de personnes toujours plus impactées par le projet.

Dans un second temps, Guillaume et une partie de l’équipe de l’association sur place, ont rendu visite à une productrice relais qu’ils suivent depuis plusieurs mois, Aissatu SEIDE, dans le village de Dabocunda. Elle avait arrêté la production de sel car la technique ignigène (cuisson de l’eau salée dite « saumure » pour obtenir du sel) était trop éprouvante. Grâce à la production de sel solaire (sur bâches), elle a pu reprendre cette activité.
UNIVERS-SEL suit plus particulièrement cette productrice car « c’est l’une des plus impliquées, la plus âgée et la première à commencer la production de sel solaire ». C’est pourquoi chaque année, des techniques pour faciliter son travail et améliorer sa production sont expérimentées.
Ce mois-ci l’équipe a réalisé un filtre, accompagné d’une réserve de saumure surélevée afin de soulager son dos.

Enfin, dans un troisième temps, dix-huit nouvelles productrices relais de la région de Mansoa (sept villages impactés), ainsi que quatre productrices de l’île Pecixe ont été formées. La session s’est déroulée dans le village de Cuboï. L’équipe a ensuite fait le tour des villages où la saliculture solaire est présente afin de sensibiliser les productrices, distribuer des bâches et signer des contrats avec les nouvelles femmes désireuses de se lancer dans cette démarche.

« Grâce au travail de notre équipe « sel » basée à Djalicunda (à 2h de la capitale Bissau) les zones d’interventions s’étendent, les nouveaux villages sont de plus en plus éloignés (2h30 de piste). Je tiens à remercier Pauline notre VSI (Volontaire en solidarité internationale), Taï et Arnaldo nos animateurs pour leur travail, ainsi que l’organisation de la mission qui était parfaite. »  Guillaume

DSC03370 (2)DSC03378 (2)DSC03411 (2)DSC03506 (2)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s